AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





octobre
#07/10 : Fermeture du forum. Plus d'infos.
août
#25/08 : Ludwig passe admin ! N'hésitez pas à le contacter au moindre problème.
juillet
#27/07 : Refonte totale et prochaine du forum !
mars
#30/03 : Nouveau design, nouvelle màj, tous les prédéfinis disponibles. La conqête de l'espace commence ici ! Donnez vos impressions de la nouvelle robe du forum ici !
février
#19/02 : Des nouveautés, on l'espère bientôt !
décembre
#24/12 : Un très joyeux réveillon et une bonne année en avance à tous !
#18/12 : Merci de voter pour les top-sites ! Ils servent à faire connaître le forum !
#16/12 : FORUM OUVERT !
#16/12 : Les partenariats sont ouverts !
#16/12 : C'est bientôt terminé ! Plus que trois bricoles à faire !
#13/12 : Création du forum ! On y croit.






Partagez | .
 

 1380 : Dans la même galère [PV Féroé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Petit Iceberg te submergera !
Messages : 61
Date d'inscription : 27/03/2014
Localisation : Zone contaminée

MessageSujet: 1380 : Dans la même galère [PV Féroé]   Ven 30 Mai - 12:29

Dans la même galère



1380
Danemark
Copenhague

Une douce température régnait sur la calme capitale danoise tandis qu'un certain silence régnait dans les couloirs du palais, mais un silence régulièrement gâché par les bruits d'une marche nerveuse et de grommellements incessants. Une source de perturbation brune et nerveuse venait de faire son apparition dans les lieux et malgré son jeune âge apparent, le petit Groenlandais ne décolérait pas ni ne cherchait à dissimuler son mécontentement plus que visible sur son visage renfrogné. Passage sous la domination danoise, passage sous la domination danoise … et son cul, c'était du béluga ?! Il ne venait pas de se débarrasser de Norvège pour se retrouver un nouveau boulet à traîner, d'autant plus lorsque le-dit boulet n'avait pas daigné ramener son arrière-train jusque chez lui pour venir lui annoncer officiellement la nouvelle. Dommage. Bien dommage. Surtout qu'il l'avait attendu de pied ferme avec son couteau de chasse à la main, histoire de lui apprendre les traditions de bienvenue en pays groenlandais … enfin, de bienvenue ou de mal-venue vu l'accueil.

Mais ce n'était pas grave !
Si môssieur était trop flemmard pour se bouger la graisse, alors Enok allait venir lui faire part de ses mots d'amour tout seul comme un grand – bien obligé qu'il était vu qu'il avait été convoqué, mais ceci n'était guère plus qu'un point de détail insignifiant – le poignard à la ceinture et l'air belliqueux au visage. À cette exception près que son arme lui avait été confisquée lorsqu'il avait mis un pied dans le palais, mais ce n'était pas un problème en soit. Il avait beau n'avoir que onze ans, ça ne l'empêchait pas d'être déjà un chasseur rompu aux techniques traditionnelles de traque comme d'attaque, et il était tout prêt et dévoué pour expliquer ça à l'autre endimanché urbain et danois.

Ça allait saigner, foi de Groenland !

Et justement, un petit blond se tenait un peu plus loin dans le couloir, pile devant le bureau où on lui avait indiqué de se rendre pour son entretien d'annexion, et Enok fonça droit sur lui. Le chopant par le col et le plaquant contre le mur le plus proche avec un air ouvertement agressif sur sa trogne légèrement hâlée.

« Oh, c'est toi Danemark ?! T'as intérêt à vite te barrer de chez moi ou sinon tu vas subir la même chose que Norvège ! »

Il avait eu Norvège à l'usure après tout, alors autant commencer maintenant avec Danemark, histoire de ne pas perdre de temps

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Mouton blanc nordique
Messages : 39
Date d'inscription : 22/02/2014

MessageSujet: Re: 1380 : Dans la même galère [PV Féroé]   Ven 30 Mai - 19:11

Copenhague. Une grande ville comme il n'en avait jamais vu, animée par une curieuse agitation à son goût, où les grands espaces sont aussi rares que les moutons, dernier point crucial où se manque était perçu comme un véritable défaut. Une ville étrange en somme, mais avant tout sa nouvelle capitale de référence pour l'avenir. Car oui la décision était tombée, dorénavant les Féroé et l'Islande n'étaient plus sous domination norvégienne mais sous celle danoise, bien qu'il était encore bien trop tôt pour dire si ceci était une bonne ou une mauvaise décision. Après presque quatre cents ans à s'être habitué à côtoyer Norvège il devait maintenant rencontrer Danemark, nouveau suzerain à qui il allait devoir certains comptes, et bien que la situation ne l'enchante guère il n'avait pas eu son mot à dire dans l'histoire. Il allait éviter de déjà mettre en colère ce nouveau souverain, il l'avait croisé à de rares occasions en compagnie de Norvège, il savait à quel point il avait un caractère bien trempé et un poil dominateur dans sa façon de faire. Peut-être que tout ceci n'avait été que de simples impressions, que la réalité étée toute autre, au fond de lui il priait pour qu'il en soit ainsi mais après tout il ne faut jamais tenter le diable. Jamais.

Féroé fixait la porte face à lui, celle qui séparait le couloir du bureau de Danemark, on lui avait dit d'attendre ici le temps que les plus grandes nations parlent du devenir de chacun. Et c'était avec docilité qu'il attendait les mains dans le dos, évitant presque de bouger de peur que quelque chose puisse se passer, il n'y avait que ses pieds qui venaient gigoter légèrement en passant d'un appui sur l'autre. Oh il n'était pas une forte tête ou même un téméraire, loin de là même, on lui donnait un ordre et il faisait tout pour essayer de l'exécuter correctement dans la mesure du raisonnable bien sûr. De même lorsqu'on lui avait commandé de quitter son archipel pour la capitale, le voyage était long et usant mais pourtant il l'avait fait sans rechigner un mot, il se trouvait maintenant dans ce grand palais qui par certains aspects étaient des plus impressionnants il ne pouvait nullement le nier. La seule extravagance qu'il s'accorda fut un long soupire, qui ne manqua pas de raisonner en écho dans ce luxueux endroit qui ne le mettait en rien à l'aise, il n'était pas impatient ou excité de savoir le verdict juste fatigué par le trajet. Le Féringien le sentait au plus profond de lui qu'il avait juste besoin de repos et de sommeil, et le silence environnement n'arrangeait en rien son état de somnolence.

Non Freyr n'avait même pas entendu les pas dans le couloir, ou même qu'on approchait vivement de lui, mais le peu qu'on puisse dire c'est que tout ceci le réveilla de sa rêverie passagère. Un garçon sans doute à peine âgé d'un ou deux ans de plus que lui venait de le plaquer littéralement contre le mur sans qu'il n'ait eu le temps de compter les moutons dans sa tête, faisant prise autour sur son col ce qui l'empêchait de pouvoir fuir, inutile de dire qu'il l'effrayait au plus au point. D'autant plus qu'il faisait vraiment contraste avec le genre de personnes qu'il avait eu l'occasion de voir, en d'autres termes des Nordiques et Anglo-saxons, où ce qui venait lui sauter directement aux yeux c'était sa peau hâlée. Il n'en avait jamais vu, et si la situation n'était pas si épineuse, il aurait pu émerveiller de cet exotisme. Lui qui détestait tant la violence ne savait comment réagir dans cette situation, d'autant plus que le brun le tenait fermement, devait-il attaquer ou tout simplement laisser couler ?

Des menaces proférées qui lui glaçaient le sang, il commençait à paniquer vraiment, bien que dans le fond il fit soulager d'entendre qu'elles n'étaient pas réellement à son encontre. C'était rassurant, tout du moins que très légèrement, peut-être même un peu gratifiant. Car oui après tous être confondu avec le grand Danemark qui, avouons-le, était un quand même une grande nation c'était inédit. Mais il n'était pas prêt à prendre des coups à sa place, il ne fallait pas non plus tondre le mouton bien trop vite tout de même.

« Nei nei... Je ne suis pas Danemark... Pas du tout... Je suis Féroé, au Nord de l’Écosse hm. »

Il n'osait même pas le regarder en face tant l'air agressif de cet étranger le mettait mal à l'aise, tandis qu'il ne pouvait s'empêcher d'expliquer où il se trouvait géographiquement par réflexe, le tout en espérant qu'il allait le croire et le lâcher sous peu. Tant bien que mal il essaya de trouver une feinte sur le côté, voulant s'extirper de cette emprise, abandonnant bien vite de peur de mettre son interlocuteur encore plus en colère qu'il semblait l'être.

« J’attends pour la réunion de l'annexion... »

Oh Gud pitié, il n'avait aucune envie de se battre, il n'était pas là pour ça et ne faisait pas le poids face à ce garçon ça il en était convaincu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Petit Iceberg te submergera !
Messages : 61
Date d'inscription : 27/03/2014
Localisation : Zone contaminée

MessageSujet: Re: 1380 : Dans la même galère [PV Féroé]   Sam 31 Mai - 10:09

Dans la même galère



Comment ça, il n'était pas Danemark ? Sérieusement ?!
Enok en était si étonné qu'il avait lâché le blondin aussitôt, se reculant d'un pas tout en continuant toutefois à le regarder avec suspicion. Ce ''Féroé'' correspondait pourtant en tous points à son nouveau suzerain qu'on avait pu lui décrire depuis la nouvelle de son annexion – blond aux yeux bleus avec un balais dans le cul – alors ne s'agissait-il pas plutôt d'un gros mensonge ? C'était possible en tout cas. Lui-même ne connaissait pas grand chose du Danemark et n'avait jamais cherché non plus à se cultiver sur la question, alors peut-être s'agissait-il d'une nation se filant des grands airs mais se dégonflant tout aussi vite dès la première embûche à l'horizon. Ça ou un pays préférant détourner les yeux des soucis dans la vaine illusion qu'ils n'existassent pas tant qu'aucune attention ne leur était accordée, un peu comme un certain Norvège. Ah mais en parlant de Norvège ! Danemark avait sans doute un âge assez proche de celui de son ancien seigneur – en tout cas dans la logique des choses et dans les ragots qu'il avait pu entendre – et sa victime actuelle était manifestement plus jeune. Donc, ça ne pouvait pas être son ''ennemi du jour''.

Ah merde …

Maintenant que Enok prenait enfin la peine d'y réfléchir, il se sentait un peu con d'avoir ainsi attaqué un inconnu sans même prendre la peine de s'assurer de son identité, mais ce n'était pas non plus ça qui allait le perturber à vie. Groenland était bien trop fougueux pour ça et un instant plus tard, une main brune se tendit en direction de Féroé afin de pouvoir serrer la sienne. Du genre poignée de mains ferme qu'on attend pas forcément chez un môme mais qui suffisait pourtant à prouver combien le-dit môme pouvait être énergique.

« Ah désolé pour la méprise, tu ressembles à la description qu'on m'avait faite de Danemark alors j'ai foncé sans plus réfléchir. Je voulais lui faire bonne impression ! »

Le tout expliqué d'un ton enjoué et le sourire aux lèvres, tranchant nettement avec le sous-entendu concernant les ''bonnes impressions'' qu'il espérait pouvoir faire sur son suzerain en l'agressant d'entée de jeu. Mais après tout, son interlocuteur était sans doute dans la même situation, non ?

« Enfin, tu vois ce que je veux dire, non ? Franchement, j'étais déjà pas joie-joie de devoir supporter Norvège mais s'il faut en plus qu'il me bazarde à un autre sans me demander mon avis, là c'est juste hors de question ! »

Subtilité ? Discrétion ? Diplomatie ?
Enok ne connaissait même pas ces mots et continuait donc à débiter ses propos séditionnistes en affichant toujours le même sourire joyeux, ravi de s'être trouvé une nation avec un âge proche du sien et qu'il n'allait sans doute pas tarder à embarquer dans ses conneries avec toute la bonne foi du monde !

« Féroé alors, c'est ça ? J'avoue que je ne connaissais même pas, mais je suis content de te rencontrer ! Donc moi c'est Groenland, et je viens pour récupérer mon indépendance ! D'ailleurs en parlant de ça, t'as déjà vu Danemark ? Tu crois que ça va être facile de lui faire entendre raison ou alors faut que j'attaque directement comme j'ai fait sur toi ? »

Non non, il n'était pas stupide, il était juste très spontané !
Quoi que, Enok n'était pas forcément réputé pour sa réflexion non plus, mais il s'en foutait comme de son premier colon repoussé de son île.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Mouton blanc nordique
Messages : 39
Date d'inscription : 22/02/2014

MessageSujet: Re: 1380 : Dans la même galère [PV Féroé]   Ven 6 Juin - 19:41

Soulagé qu'on le lâche, vraiment il n'osait pas imaginer ce que ça aurait dû être s'il avait dû se défendre, une véritable catastrophe et une grande défaite très certainement. Il aurait bien souhaité lui sourire, pour le remercier, mais pour l'instant Féroé était aussi en alerte qu'un mouton qui va être tondu. Il observait ce garçon pour le moins étrange et atypique, vraiment quand on voit que la plupart des personnes étaient ici blondes aux yeux clairs, il y avait là un vrai contraste qui se faisait et il était sûr que ce petit persécuteur ne devait pas passer inaperçu.

En tout cas il n'y avait pas à dire le contraire cet inconnu est des plus surprenants, à différents niveaux et points de vue il faut bien l'avouer, alors qu'il lui tendait la main. Il y une petite hésitation, assez brève tout de même, avant de venir lui serrer la main avec un sourire timide sur les lèvres. Non pas qu'il venait en un claquement de doigt d'oublier ce qui venait de se passer, loin de là, juste qu'il faut toujours tendre vers un idéal de paix et éviter de se mettre les gens à dos. Et puis il fallait dire ce qu'il en était, constatant au passage la force dont il pouvait faire preuve, le brun avait quelque chose d'assez intrigant.

Freyr cligna des yeux en l'entendait dire, c'était peu de le dire. Qu'il ressemble à Danemark passe encore, au Nord il y a une certaine homogénéité physique, mais le fait qu'il lui dise qu'il voulait faire bonne impression. Oui là il était un peu largué. C'était bien loin de ce qu'on lui avait appris quand on lui demandait de bien se comporter, généralement ceci consisté à être sage et éviter d'être trop bruyant, et non pas de se jeter sur le premier venu qui passe dans un couloir. Sa bonne humeur faisait plaisir à voir aussi, et le moindre qu'on puisse dire c'est qu'il allait de surprise en surprise avec lui.

Il connaissait Norvège. Oh. C'était une nation aussi. Quelque part ça le soulageait autant que ça l'inquiétait, vive la contradiction comme toujours, espérant éviter un quelconque accident diplomatique ou autre alors que la perspective de rencontrer un congénère l'enchantait à chaque fois. Bien que le discours était farouchement contre le changement de « proprio », ce à quoi il n'était pas des plus enthousiasmes non plus il fallait bien l'avouer, il ne pouvait s'empêcher d'avoir un petit sourire ravi et plus détendu que plus tôt.

Qu'il ne connaissait nullement les Féroé ne l'étonnait guère, tout le monde était dans le même bateau, même si la subtilité pour le dire aurait peut-être des bienvenues. Mais il ne lui en tiendrait pas rigueur, non du tout, trop émerveillé parce qu'il venait de dire. Groenland ? Vraiment ? Norvège lui en avait quelque peu parlé et cette place lui semblait tellement exotique, n'en revenant pas d'avoir la chance d'enfin rencontrer celui qui abritait le peuple des inuits, pour le coup il avait vraiment des petites étoiles plein les yeux. S'il était avant tout une nation il était aussi un enfant, et comme tous les enfants il était curieux en particulier quand on il voit d'autres contrées.

« J'ai beaucoup entendu parler de toi Groenland, je suis heureux de faire ta connaissance... »

L'accident était presque oublié, lui réservant un sourire à la fois quelque peu complice  et admiratif, il n'y avait pas à dire maintenant Freyr se sentait bien plus à l'aise. D'autant plus que comme lui il semblait avoir le problème du transfert de suzerain sans préavis, de son côté il se sentait encore trop jeune et inexpérimenté pour avoir un avis tranché sur la question, alors que l'autre garçon semblait être sûr de ce qu'il voulait. Il y avait de quoi forger de l'admiration dès le début.

« Danemark... Oui je l'ai déjà croisé on peut dire... Il est très fort et... têtu ? Et souriant aussi. »

Pas qu'il semblait que c'était une mauvaise personne, il l'avait trop peu vu pour s'en faire une véritable opinion, il lui donnait juste le bénéfice du doute après tout et était dans l'optique que toute personne à bon fond. Søren lui avait peut-être paru un peu effrayant, enfin en même temps ce n'était pas très compliqué, mais après une personne qui sourit ne peut-être véritablement mauvaise ? Il ne savait pas trop, espérant juste qu'il serait agréable et gentil, seul l'avenir allait pouvoir le dire.

« Tu devrais peut-être éviter de l'attaquer hm... Il est peut-être très gentil dans le fond. »

Freyr souriait toujours à Groenland, encore intimidé certes mais au moins il osait lui parler et c'était une assez grande avancée quelque part, convaincu qu'il aurait beaucoup de choses à apprendre de son futur camarade. Rassuré dans le fond de ne pas être le seul dans cette épineuse situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Petit Iceberg te submergera !
Messages : 61
Date d'inscription : 27/03/2014
Localisation : Zone contaminée

MessageSujet: Re: 1380 : Dans la même galère [PV Féroé]   Mar 10 Juin - 12:39

Dans la même galère



Il avait beaucoup entendu parler de lui ?
C'était tellement inattendu comme information que Enok resta coi un moment en apprenant ça, la bouche à moitié ouverte et la tête basculée sur le côté comme si ce nouvel angle de vue sur son interlocuteur allait l'aider à mieux assimiler la nouvelle. Était-ce Norvège qui avait parlé de lui ? C'était assez probable dans la mesure où Groenland avait toujours été une nation assez fermée n'entretenant que très peu de relations avec ses congénères, mais ça ne manquait pas de l'intriguer également. Si Féroé avait eu l'air sur la défensive ou inquiet, alors le brun aurait pu en conclure que son ancien suzerain lui avait décrit ses manières de rustres et ses mauvaises habitudes d'expropriation norvégienne systématique … mais Féroé n'avait pas l'air bien stressé justement ! Il le regardait plutôt avec un air franchement curieux, et Enok se décida finalement à réagir enfin au bout de quelques instants de cette intense réflexion. Refermant la bouche avant de prendre la parole, le tout dans une hésitation palpable.

« Comment ça tu as entendu parlé de moi ? C'est Norvège qui t'a parlé de moi ? Pour dire quoi ? »

Un vrai gosse curieux, d'autant plus que la dernière question lui avait tiré une bouille franchement interrogative pour le coup : est-ce que Norvège avait parlé de lui en bien pour que Féroé fût heureux de le rencontrer ? Si c'était le cas … et ben Enok ne savait pas trop justement. Il n'avait jamais réellement cherché à faire bonne impression sur qui que ce fût – excepté Danemark s'il continuait sur son idée primitive – alors c'était plutôt flatteur que d'autres nations pussent parler de lui en bien. Si flatteur qu'un sourire vaguement couillon ne tarda pas à relever ses ourlées tandis qu'il en remit une couche sur son ignorance totale vis-à-vis de son interlocuteur !

« Mais parle-moi de toi dans ce cas-là, je veux savoir comment c'est chez toi ! Norvège dit souvent qu'il fait trop froid au Groenland et qu'il n'y a que de la glace, alors ça ressemble à quoi ta nation ?! »

Excité comme un gosse avec des étoiles dans les yeux, ou comment avoir deux mômes pour le prix d'un en train de claquer des paillettes dans un couloir ! Le spectacle devait sans doute être amusant à voir vu que ces deux nations n'étaient encore que des enfants, mais des enfants qui étaient toutefois très au courant de leurs responsabilités et de leurs devoirs. Danemark … ils étaient tous deux venus pour lui, et comme un chasseur préparant son attaque, Enok écouta soigneusement les informations distillées par Féroé concernant leur nouveau suzerain. Fort, têtu et souriant ? Ces trois qualificatifs ne faisaient nullement son affaire dans sa petite quête personnelle d'indépendance, et Groenland s'était aussitôt rembruni tout en repensant déjà à sa stratégie d'attaque comment était en train de lui conseiller son vis-à-vis.

Fort, Danemark était apparemment fort … le contraire aurait été étonnant vu que cette nation en avait d'autres sous sa coupe, mais en apprendre la confirmation n'était pas forcément rassurant pour un tout petit pays comme Groenland.

Têtu, Danemark était apparemment têtu … mais il ne l'était certainement pas autant que Enok qui avait lui-même un esprit d'indépendance et de contradiction aussi puissant que la ''licorne-powa'' de tous ses narvals !

Souriant, Danemark était apparemment souriant … et c'était sans doute ce qui inquiétait le plus le petit brun. Il n'y avait que deux types de personnes qui souriaient : les idiots et les forts sûrs de leur victoire, à l'image de la glace se faisant plus belle à l’œil lorsqu'elle était sur la point de craquer pour emporter les pêcheurs vers une mort certaine. Et malheureusement pour lui, Enok n'arrivait pas à se convaincre que son futur maître fût dans la première catégorie.

« Oui tu as sans doute raison : attaquer de front pourrait être idiot vu que Danemark me surpasse forcément. Attendre le bon moment pour le prendre par surprise sans qu'il s'en doute serait sûrement plus intelligent … »

Ce n'était pas du tout ce que Féroé avait voulu dire, mais c'était en tout cas comme ça que Groenland venait de l’interpréter ! Le tout en regardant le blondin de biais, comme s'il l'évaluait afin de savoir s'il pourrait un jour s'en faire un potentiel allié … .

« Et toi, tu penses quoi de tout ça ? »

La question vague par excellence, mais elle aurait au moins le mérite d'aiguiller Enok dans sa réflexion. Si jamais Féroé se montrait un tant soit peu belliqueux, alors le petit brun pourrait tenter de l'entraîner à sa suite. Dans le cas contraire, il changerait simplement de conversation afin de revenir sur quelque chose de plus léger.


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Mouton blanc nordique
Messages : 39
Date d'inscription : 22/02/2014

MessageSujet: Re: 1380 : Dans la même galère [PV Féroé]   Mer 18 Juin - 17:35

Groenland avait semblé des plus surprit quand il lui avait dit qu'il avait entendu parler de lui, pourtant c'était bien là la vérité après tout, peut-être était-il dans le même cas de figure et qu'en temps normal on lui demandait où se situaient ses terres. Pourtant c'était bien la vérité, pas non plus qu'il serait prêt à faire tout un exposé ou un compte rendu dessus il faut être réaliste mais tout de même, tout du moins d'après les dires de Norvège. Ce dernier lui avait parlé du froid, les plaines désertiques qui s'étendaient à perte de vue, mais aussi la verdure présente en abondance en été. Oui une évocation surtout du paysage que de son représentant en lui-même, s'il en avait été autrement peut-être que Féroé ne serait pas aussi confiant qu'à cet instant, tout du moins pour le côté caractère. Il n'avait jamais vraiment compris pourquoi jusqu'à aujourd'hui, vu la première impression chaotique qu'il avait eue de son congénère, son ancien suzerain avait sans doute bien fait de ne rien lui dévoiler sur cet aspect brutal.

« Oh Norvège ne parle pas tant que ça hm... C'était surtout pour toutes la faune et la flore que tu sembles avoir en fait... Rien de méchant je te rassure. »

Et même si le Norvégien aurait pu dire quelque chose de désagréable jamais il n'aurait eu la foi de la répéter, s'il pouvait éviter de se refaire secouer comme tout à l'heure il n'était pas contre bien au contraire, surtout si bientôt ils allaient devoir cohabiter sous la même couronne. Et voir l'autre sourire était aussi rassurant, Groenland semblait quand même être du genre sanguin à vite s'emporter, là il semblait d'assez bonne humeur. D'autant plus qui semblait être piqué par la même curiosité que lui, ce qui quelque part lui faisait assez plaisir, comme lui il était nation et enfant avant tout de chose. Dommage qu'ils n'aient pas été en contact avant, sans doute que le patron voulait éviter que l'un influence trop l'autre, il aurait très certainement apprécié ce décalage déjà visible entre eux deux.

Décidément il n'arrêtait pas de le surprendre, dans le sens positif du terme pour le coup, jamais on ne lui demandait des choses sur sa nation en dehors de sa position géographique. Pas vraiment non plus que Féroé avait rencontré beaucoup d'autres nations, loin de là même, mais il est vrai qu'un général elles se contentaient d'un simple « Féroé ? Et ça se situe où ça ? ». Il y avait de quoi donner un côté désespérant à la chose. Alors que le garçon lui en demandait plus ne pouvait que lui décrocher un sourire sincère, pas qu'il ne l'était pas jusque-là mais juste plus tendu, vraiment sans le savoir ceci lui faisait vraiment plaisir.

« C'est très vert mais il n'y a pas d'arbre en fait... Il y a aussi beaucoup de vents, voire même des tempêtes, ainsi que des moutons par milliers. »

Bien qu'il parût calme et posé, Freyr était dans le fond enthousiasmé, il n'était pas un grand bavard or le cœur y était, se concentrant uniquement sur l'essentiel. Ses premiers habitants, les moines irlandais, lui avaient donné cette habitude d'être concis et ne pas s'étendre sur des détails trop futiles. D'autant plus que s'il s'avère que Groenland et lui allaient être danois, ce n'était plus qu'une question de temps à présent, ils auraient sans doute tout le loisir d'en discuter plus longuement par la suite. Il avait hâte, se surprenant presque à se dire qu'il aurait peut-être dû avoir avant un tel compagnon de jeu, ne voyant que les côtés positifs que cette réunion pourrait apporter.

Sauf que voilà. Il perdit de son sourire en entendant s'exprimer son compère de galère, ne comprenant pas vraiment ce qu'il voulait insinuer par prendre par surprise Danemark, ils semblaient bien loin d'être en accord sur cette question épineuse. Oh non il n'avait pas la foi de se rebeller de la sorte, il était silencieusement admiratif de ceux qui y parvenaient, et l'unique fois où il aurait pu faire ses preuves avait été le plus grand désastre qu'il n'avait jamais vu. Féroé n'avait pas fait long feu contre l'arrivée viking, encore aujourd'hui il en cauchemardait, pas vraiment prêt à retenter cette expérience avant un long moment. Il n'avait pas envie de décevoir l'inuit, l'admirant presque d'avoir de si fortes convictions, or il ne pouvait pas non plus lui mentir sur ce qu'il pensait réellement de tout ceci.

« Je... Je pense que ça peut-être... une bonne chose ? Après tout... ceci nous a permis de nous rencontrer non ? »

Toute l'assurance qu'il avait emmagasinée plus tôt était tombée comme la laine d'un mouton qu'on vient de tondre, rapidement et sans bavure, le rendant de nouveau mal à l'aise. Voilà qu'il commençait à se tripoter les doigts entre eux, peur de décevoir le révolutionnaire, alors que son regard fuyait progressivement une fois encore vers un point qui lui semblait sans danger. Il n'avait pas envie de se mettre à dos son congénère, devoir par la suite choisir entre lui ou le futur souverain, sauf qu'il ne pouvait pas non plus lui mentir et ensuite se mettre dans une situation délicate où il lui ferait faux-bond.  Essayant de reprendre consistance, il devait se tenir comme une nation avant tout, lançant un faible sourire timide à son interlocuteur.

« Tu sais... Peut-être que tu devrais laisser une chance à Danemark ? Il n'est peut-être pas méchant hm... »

Le doute était permis après tout, ils ne savaient pas vraiment grand-chose de l'autre Nordique, une agréable surprise pouvait faire son apparition. Féroé était littéralement crédule à ce niveau-là, voire même très naïf, si on lui disait avec conviction que le ciel était vert alors il était prêt à le croire. Il aspirait désormais à une maison, un foyer même, de paix et de tranquillité tout en espérant que Groenland en ferait partie désormais.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Petit Iceberg te submergera !
Messages : 61
Date d'inscription : 27/03/2014
Localisation : Zone contaminée

MessageSujet: Re: 1380 : Dans la même galère [PV Féroé]   Ven 20 Juin - 14:26

Dans la même galère



Norvège avait parlé de lui et en bien …
C'était sans doute idiot mais Enok ne s'en remettait vraiment pas tandis qu'il continuait à afficher un large sourire d'idiot, acquiesçant vigoureusement de la tête lorsque son interlocuteur lui précisa que les informations partagées concernaient sa faune et sa flore. Deux éléments qui étaient extrêmement importants à ses yeux mais qu'il avait toujours jugés triviaux pour ceux d'un Norvège sans doute blasé vu tout ce qu'il lui avait fait subir depuis le début de la colonisation … comme quoi, ça avait quelque fois du bon de se planter !

« Mes relations ont toujours été plus ou moins tendues avec Norvège, alors je ne pensais pas qu'il avait pu faire gaffe aux paysages ou à tout ça, en tout cas pas au point d'en parler. Ça fait … plaisir en fait ! »

Oui vraiment plaisir, et il n'hésitait pas à l'annoncer de manière totalement candide voire un peu imbécile. Présentement, il se sentait presque comme un cancre à qui l'on aurait finalement reconnu quelques qualités bien cachées, il se sentait presque comme une vraie nation méritant qu'on pût s'intéresser à elle, et ce même s'il ne savait pas trop si ce point précis était positif ou négatif.

« Mais alors, qu'est-ce qui a poussé Norvège a nous donner à Danemark ? »

Il se sentait presque idiot à poser telle question … mais juste presque alors ! Il fallait bien avouer que le nordique n'était pas une grande source d'informations vu qu'ils se foutaient sur la tronche chaque fois qu'ils se croisaient, situation quelque peu délicate pour échanger ragots et rumeurs. Le dernier navire officiel que la Norvège avait daigné lui envoyer datait déjà de 1368, et c'était d'autant plus critique qu'il avait coulé avant d'atteindre ses côtes. Et la dernière fois qu'il avait croisé son suzerain … hum hum … ça c'était aussi fini de manière quelque peu violente vu que des colons norrois y avaient perdu la vie. Ce n'était peut-être pas les pires liens diplomatiques qui pussent exister mais il y avait tout de même mieux, alors Féréo ne pourrait donc qu'être plus au courant de lui et éclairer sa lanterne.

Restait également plus qu'à prier pour que Norvège n'ait pas eu la bonne idée d'offrir à Danemark des ''recommandations'' le concernant, sinon il risquait bien de ne pas faire long feu avec ses idées d'attaques par surprise …

Mais quelques minutes plus tard, c'était déjà oublié ! Freyr était en train de lui parler de sa nation, et il n'en n'avait pas fallu davantage pour captiver totalement Enok qui était déjà en train d'imaginer tout ça. Verdure, vents et moutons ! Il ne savait pas si ses idées étaient les bonnes mais il avait déjà la tête pleine d'images portées par son imagination si fertile propre à tout enfant.

« Ow ça a l'air vraiment chouette chez toi ! Dis, tu accepterais de m'échanger quelques uns de tes moutons contre des bélugas de chez moi ? Allez dis oui, ça pourrait être génial ! »

Le gosse se voyait déjà entouré d'une marée de moutons à câliner comme de grosses peluches – bonjour j'ai onze ans ! – et cette simple idée suffisait à faire son bonheur tandis qu'il souriait toujours de toutes ses dents. Il était décidément bien content d'avoir pu découvrir Féréo aujourd'hui, mais il n'eut pas le temps de le dire que le féringien lui coupa l'herbe sous le pied. Hey ça faisait super plaisir en plus que sa joie fût partagée !

« Ah j'allais le dire oui ! C'est vraiment dommage que Norvège ne nous ait jamais présentés mais c'est pas grave, on va avoir du temps maintenant ! Est-ce que tu aimes le sport ? Moi j'adore, alors on pourrait s'amuser tous les deux maintenant ! Il faut à tout prix que tu viennes chez moi et je te ferai visiter ! »

Un pote de son âge, il allait avoir un pote de son âge ! Présentement, c'était une information presque plus importante que la perspective de s'imposer face à son nouveau suzerain pour qu'il lui lâchât la grappe de manière définitive, ce qui n'était pas peu dire. Pas que Groenland fût une girouette, mais simplement voyait-il quelque fois les préoccupations de l'enfance passer avant toutes les autres.

« Mouais, le problème n'est pas qu'il soit méchant ou pas, le problème c'est que j'aimerais bien avoir mon indépendance en fait. Norvège est un casse-burette qui ne vient me voir que lorsqu'il veut prendre quelque chose, alors j'ai moyennement envie que Danemark fasse la même chose. Mais bon, je pense que tu as raison … j'vais bien me comporter pendant cette réunion et aviser suivant comment il est. »

Aviser … ça pouvait à la fois tout dire et ne rien dire du tout, mais c'était également une manière pour lui de repousser la question à plus tard. Après tout, il aurait tout son temps pour casser les pieds du nordique plus tard si cela s'avérait nécessaire, alors autant profiter de son nouvel ami pour le moment. Mais profiter dans un couloir de palais royal, il fallait bien avouer que c'était moyen. Un coup d’œil vers l'horloge trônant en bout d'enfilade, un coup d’œil vers la porte close … et Enok vint choper son comparse par la main pour l'entraîner dans le couloir en courant !

« La réunion n'est pas pour maintenant alors viens, on a bien le temps de s'amuser un peu avant ! »

Groenland n'était de toutes façons pas un grand ponctuel, alors être un peu en retard ne le chiffonnait pas plus que ça. Pour ne pas dire que ça ne le chiffonnait pas le moins du monde.



code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Mouton blanc nordique
Messages : 39
Date d'inscription : 22/02/2014

MessageSujet: Re: 1380 : Dans la même galère [PV Féroé]   Jeu 10 Juil - 18:08

Féroé n'avait pas pris la peine de relever le différent qu'il semblait y avoir entre Norvège et Groenland, les deux semblaient posséder des caractères si forts que prendre la position de l'un d'eux risquait de donner la colère de l'autre, et puis de toute façon ce genre de chose ne le regardait en rien. Ce n'est pas comme s'il avait le pouvoir de changer les choses entre ces deux là, les relations diplomatiques sont toujours un sérieux problème, n'ayant nullement la prétention de faire des miracles de toute évidence.

Quant à la question du pourquoi du comment ils devaient en quelque sorte changer de proprio, après tout ce n'était pas si loin de la vérité, il devait bien avouer qu'il n'en avait aucune idée. Le Norvégien n'était pas du genre bavard, lui non plus d'ailleurs, et sans toute qu'il lui avait évité tous les rouages complexes et autres jeux cruels au bal des nations. Lui-même avouait très volontiers pour ce que tout là qu'il était trop jeune et inexpérimenté pour comprendre, que ce soit autant mentalement que physiquement après tout, ne pouvant que montrer son ignorance par un sourire timide et un petit haussement des épaules.

«  Je pense que Norvège a ses raisons... Peut-être ? Il vaut mieux lui demander directement hm. »

Bien qu'il soit vrai qu'en vérité il n'aurait jamais le courage de lui poser la question, pas vraiment sûr de l'accueil qu'il pourrait recevoir d'une part et de l'autre le plus âgé avait l'art et la manière de dire les choses sur un tel ton que s'en était décourageant, cependant si le Groenlandais obtenait une réponse il en était tout ouï. Après tout le brun apparaissait à ses yeux bien plus brave que lui, à ne pas en douter, du peu qu'il avait pu voir en tout cas et était même prêt à lui faire confiance pour cela. Ou peut-être même que la réponse aux questions qu'ils se posaient leur serait donnée par Danemark, ou à la fin de la réunion qui se déroulait en ce moment, en tout cas il ne souhaitait pas rester dans le flou à ce sujet-là.

Et le Féringien avait quelque peu rougi comme un gamin, ce qu'il était, aux compliments de l'autre nation. Il était trop timide et modeste pour vouloir en dire davantage, déjà que rien qu'à cet instant il avait presque envie de se cacher derrière ses mains - sait-on jamais si ça le rendait vraiment invisible, et de toute façon il avait une vision très simpliste des choses.

L'échange que proposait par la suite Enok était assez intéressante, bien qu'ayant peur que les moutons se retrouvent gelés dans le royaume de glace et de neige, les bélugas avaient une chaire sans doute des plus savoureuses. Ah oui, on ne mange pas les petits moutons mais les baleines blanches ça ne posent aucun souci après tout, bien qu'à le voir comme ça on le soupçonnerait certainement pas d'avoir de tels actes envers une quelconque forme de vie. Il était pacifiste et proche de la nature, les valeurs chrétiennes étaient déjà son dogme, et pourtant depuis toujours les animaux marins qui avaient l'audace de passer d'un peu trop près de son archipel finissaient à la casserole. Lorsqu'on a faim on a faim, tout simplement, c'est une question de survie.

«  Si c'est contre des bélugas... Je ne peux pas refuser... »

Freyr lui souriait toujours aussi timidement. Ravis par la suite d'entendre que son point de vue, sur leur rencontre manquée, soit aussi partagé par Groenland. Mais oui maintenant ils allaient pouvoir partager du temps ensemble, déjà que de son côté il avait peu d'habitants mais en plus les autres enfants finissaient toujours par grandir bien trop vite, ça le rendait tellement heureux de faire sa connaissance. Au moins il avait  réussi à faire changer d'avis temporairement le brun, c'était déjà ça de gagner, au sujet du nouveau suzerain, bien que dans le fond il comprît ce qu'il voulait dire quant aux visites d'opportunité et d'utilité. Même si sur le coup la langue de son nouveau compère lui avait semblait quelque peu obscure, le ''casse-burette'' notamment, n'ayant guère l'habitude à cette forme-ci.

La surprise totale se fit, accompagnée par un petit cri par la même occasion, alors que l'inuit venait de lui attraper la main pour courir il ne savait où. Au moins ce contact était bien moins violent que ceux qu'ils avaient eus plutôt, sur l'attaque fulgurante du début, mais toujours aussi rapide. Freyr avait un temps de réaction assez lent généralement, pour ne pas dire aussi réactif qu'un mouton qui mâche de l'herbe, et là encore il ne dérogea nullement à la règle. Pire que ça, le temps que l'information montre au cerveau, Enok soulevait la possibilité d'être en retard et aussitôt ce fut la catastrophe. Non il ne voulait pas prendre le risque, on lui avait dit d'attendre sagement devant la porte qui maintenant s'éloignait un peu plus à chaque pas, et rien que l'idée de voir l'ancien et le nouveau suzerains les attendre devant la porte le tétanisait au plus haut point. Il se passerait bien de recevoir un nouveau raide viking en pleine face, de véhiculer une image négative, ou encore apparaître comme un révolutionnaire alors qu'il en était très loin à des années-lumière.

« T-tu es sûr ? Et s'ils terminent avant hm... Qu'ils voient qu'on est plus là ? »

Pourtant, malgré cette angoisse qui venait le prendre aux tripes, il ne lâcha pas la main de son nouvel ami et qui avait un effet quelque peu rassurant il faut bien l'avouer. Après tout il valait mieux sans doute se faire attraper à deux, et non pas tout seul, et les corvées qui risquaient de pleuvoir deviendraient plus supportables si on a un compagnon de galère. Mais plus il avançait dans le couloir plus il avait envie d'aller s'amuser, c'était un peu paradoxal, et après réflexion il se dit que oui après tout ils pouvaient aller jouer durant 5 minutes. Pas plus en revanche, faut pas tondre la laine du mouton trop tôt. Ça faisait tellement du bien de se dire qu'il allait pouvoir connaître une certaine insouciance candide, et que cette fois-ci il n'aurait pas à tout recommencer au bout d'une dizaine d'années, si seulement il n'y avait pas cette réunion tout serait parfait.

«  Je ne connais pas beaucoup de jeux par contre, tu aurais une idée... ? »

Un peu penaud et honteux de dire ça, niveau socialisation on faisait sans aucun doute possible bien mieux que lui, d'autant plus que devoir choisir quelque chose de concret était tout un défi pour lui.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Petit Iceberg te submergera !
Messages : 61
Date d'inscription : 27/03/2014
Localisation : Zone contaminée

MessageSujet: Re: 1380 : Dans la même galère [PV Féroé]   Lun 28 Juil - 13:25

Dans la même galère



« Génial !! »

Le cri de joie venait de résonner sans aucune discrétion dans le couloir du palais, mais Enok s'en souciait comme de son premier flocon tant il était heureux de voir son compère accepter un échange moutons VS bélugas. Il était par contre à des kilomètres d'imaginer que ses chères baleines blanches allaient finir dans une flopée d'assiettes féringiennes, ce qui ne l'inquiétait nullement puisqu'il n'y pensait même pas. Lui préférait penser aux petits moutons qui s’ébattraient bientôt joyeusement chez lui, recouverts de couvertures en peau de rennes s'il le fallait afin qu'ils n'attrapassent pas la mort à cause du froid. Ça aurait quand même été dommage d’abîmer ces peluches bêlantes et géantes qu'il avait déjà grand hâte de chouchouter !

Et un instant plus tard … nouveau switch de sujet ! Enok n'était pas particulièrement lunatique mais en revanche, il était d'un caractère très énergique qui le rendait souvent fatiguant, raison pour laquelle il était déjà en train de courir dans le couloir tout en traînant Freyr à sa suite. Un Freyr qui semblait d'ailleurs un poil inquiet à l'idée d'être en retard à la réunion qui les attendait, mais le brun tourna aussitôt la tête dans sa direction afin de pouvoir lui offrir un sourire Colgate homologué bien avant sa création ! Du genre sourire si radieux qu'il en était presque idiot … et un ''presque'' qui se discutait franchement pour quiconque aurait pu entendre ses justifications qui ne tardèrent pas à suivre.

« Les adultes finissent toujours en retard, alors y'a pas de risques ! Et puis au pire, ils iront boire un lait-de-poule ! »

Pas de chance pour le côté classe de la boisson chaude, mais le thé et le café n'existaient pas encore en Europe au XIVe siècle !

Quoi qu'il en fût, il était évident que la perspective d'être en retard était bien le cadet des soucis du groenlandais, et ce fut donc à fond de train qu'il courut dans les couloirs afin de rejoindre l'extérieur du palais, se creusent déjà la cervelle pour trouver à quoi ils allaient bien pouvoir jouer. Pas qu'il n'eut pas d'idées, mais disons plutôt qu'il doutait un peu de trouver un ballon ou quoi que ce fût du genre dans ce genre d'endroit. Bah, ils n'étaient pas dépourvus d'imagination alors à tous les deux, ils finiraient bien par trouver et …

« HIIIIIIIIIIII ! »

A force de galoper comme des sauvages dans le Københavns Slot, les deux jeunes nations s'étaient finalement échouées près des écuries royales, et Enok s'était figé en entendant ce hennissement. Plus encore lorsque la tête d'un cheval passa par-dessus la porte basse de sa stalle pour observer ces deux visiteurs impromptus, le taille ''anormale'' de l'animal faisant carrément reculer Groenland comme par réflexe.

« C'est … un cheval d'ici ?! »

La question pouvait sans doute paraître bête mais pour Enok, il était assez difficile de croire que les petits poneys trapus et poilus présents chez lui pussent être de la même famille que ces immenses Rottaler qu'il voyait présentement. Infiniment plus grands, plus gros, mais aussi plus classieux que ses ''poneys-peluches'' à lui. Et bien sûr, qui disait inconnu disait curiosité, et ce fut bientôt un petit môme bien intéressé qui s'approcha de la lignée de stalles sans vraiment prendre garde à là où il marchait. Se crottant les godasses de la plus sûre des manières … mais aussi de la plus négligée !

« Ils sont super beaux, j'en ai pas des comme ça chez moi ! »

Et hop qu'il lâcha enfin la main de Freyr afin de pouvoir caresser la tête de l'animal, appréciant aussitôt la douceur de la crinière soigneusement entretenue. S'il avait été un poil moins prudent, il serait sûrement rentré dans le box lui aussi, mais la taille imposante de la bête était pour le moment suffisante pour l'en dissuader. Quoi que …

« Tu crois qu'on va se faire remarquer si on en pique un pour aller se balader ? »

Enok ?
Idiot ?
Noooooonnnn !
Juste un peu beaucoup passionnément à la folie voire plus encore si affinité !

D'autant plus que ses doigts étaient déjà partis tripoter le loquet retenant la stalle fermée, bataillant avec en espérant pouvoir l'ouvrir et ainsi sortir le cheval.

code by Silver Lungs



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 1380 : Dans la même galère [PV Féroé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

1380 : Dans la même galère [PV Féroé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?
» [PREFETS] Que diable allait-il faire dans cette galère ?! [Terminé]
» [Jour VIII] « Que diable allait-il faire dans cette galère ? »
» Comment se retrouver dans la galère... Ou pas.
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HETALIA: AXIS POWERS :: Europe du Nord-