AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





octobre
#07/10 : Fermeture du forum. Plus d'infos.
août
#25/08 : Ludwig passe admin ! N'hésitez pas à le contacter au moindre problème.
juillet
#27/07 : Refonte totale et prochaine du forum !
mars
#30/03 : Nouveau design, nouvelle màj, tous les prédéfinis disponibles. La conqête de l'espace commence ici ! Donnez vos impressions de la nouvelle robe du forum ici !
février
#19/02 : Des nouveautés, on l'espère bientôt !
décembre
#24/12 : Un très joyeux réveillon et une bonne année en avance à tous !
#18/12 : Merci de voter pour les top-sites ! Ils servent à faire connaître le forum !
#16/12 : FORUM OUVERT !
#16/12 : Les partenariats sont ouverts !
#16/12 : C'est bientôt terminé ! Plus que trois bricoles à faire !
#13/12 : Création du forum ! On y croit.






Partagez | .
 

 970 : Le baptême d'un roi | PV : Danemark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



évangéliste compulsif
Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2013

MessageSujet: 970 : Le baptême d'un roi | PV : Danemark   Sam 28 Déc - 21:40


Ain't nothing but a small talk.


Voyager était toujours un plaisir, mais il y avait tout de même des limites. Le froid, par exemple, faisait partie de ces choses que je détestais et, bien évidemment, c'était dans un pays du Nord que j'avais dû me rendre. Je ne questionnais cependant pas le choix de mes supérieurs ou même la raison pour laquelle ils m'avaient envoyé ici. Elle était assez bonne pour que je souffre – du moins, c'est ce que préférais me dire. Grâce à cette visite, j'allais pouvoir étendre mon influence et celle de l’Église chrétienne jusque dans ces contrées du Nord est de l'Europe.
Quoiqu'il en soit, les quelques prêtres qui m'avaient accompagné dans ce long périple ainsi que mon humble personne étions arrivés sans trop d'encombre dans ce pays – que je ne qualifierais peut-être pas de beau mais plutôt d'étrange : la Scandinavie. Nombreuses étaient les histoires parlant de ce pays que j'avais pu entendre, tout comme les rumeurs qui courraient sur son peuple et je dois dire, en revanche, que bien peu étaient celles qui parlaient de ces terres comme d'un havre de paix et d'un endroit accueillant. J'avais moi-même, il y a bien des années, été témoin de toute la cruauté de ces hommes venus du Nord durant le sac de l'Empire Romain. C'est donc à mon plus grand étonnement que nous fûmes accueillis de la meilleur des façons par une noblesse chaleureuse – même si, malgré la présence de notre interprète, il nous était difficile de comprendre ce qu'ils disaient. La langue danoise était d'ailleurs...Particulière ! Elle n'avait rien à voir avec le latin et sa prononciation était des plus singulières. J'avais l'impression d'entendre un vaste charabia. Cela avait au moins le don d'être amusant – du moins, les trente premières minutes.

A partir de là, tout s’enchaîna très vite. Il y eu la rencontre avec sa Seigneurie -un homme charmant, quoi qu’aux manières douteuses – puis la répétition du baptême. Je découvrais avec un plaisir non caché les magnifiques églises de bois récemment construites sur le territoire. Contrairement à celle faites en pierres, ces dernières étaient moins austères et bien plus chaleureuses. Mais cela restait tout de même étrange de voir tous ces saints peints sur des planches. De ma chère Italie à ces contrées reculées, les styles étaient on ne peut plus différents, il y avait donc quelque chose d'amusant dans cette façon de représenter les personnages. J'avais toujours aimé voir comment chaque contrée et chaque siècle s'appropriait les scènes bibliques. En l’occurrence, ces artistes scandinaves avait fait un jolie travail.
Tout se passait donc pour le mieux – si on oubliait le froid mordant. Cependant, une chose me chiffonnais : je n'avais pas encore eu l'honneur de rencontrer le pays lui-même. Néanmoins, je ne m'en offusquais pas, une civilisation comme celle-ci devait être fort occupée. Certainement serait-il – ou elle ? - présent pour le véritable baptême. Je parti donc me coucher sans me poser plus de questions, profitant de la chaleur des diverses peaux recouvrant le lit.

Hélas, la nuit fut brève. Il fallut se lever tôt pour mettre de l'ordre dans l’église et préparer l’arrivée de chacun.  J'eus le privilège – si je puis dire ainsi – de voir le lever du soleil. Mais je n'étais pas le seul dans cette misère : les prêtres grelottaient avec moi tandis que l’évêque préparait l'autel. Les matinées scandinaves étaient terriblement froides
Petit à petit, la chapelle se remplie et les bancs furent vite pris. Je fus d'ailleurs surpris de voir dans la foule un jeune garçon, visiblement seul, ne semblant pas appartenir à la famille royal. Je haussais un sourcil, à la fois surpris et ravis de sa présence. Si les plus jeunes se tournaient aussi vers Dieu et venaient en ces lieux pour s'approcher de la foi chrétienne, c'était une bonne chose. Tâchant d'être avenant, je souris à la petite tête blonde avant de repartir occuper du vin et des Osties.

« Tu peux aller t’asseoir. »

Je levais la tête, surpris par les mots de l’évêque. L'homme me regardait, le sourire aux lèvres. Certainement pensait-il qu'un peu de repos me ferait du bien. Hélas, il était loin de se douter que le seconder m'aurait fait bien plus plaisir que de m’asseoir sur un banc pendant plus d'une heure. J'aimais écouter la messe, mais je préférais bien plus la faire et regarder depuis le chœur de l'église la foule prier.
Je regardai avec insistance l'homme de foi qui, ne comprenant pas la détresse dans mes yeux, pensa qu'il était bon d'insister.

« Nous sommes déjà assez. Va prendre un peu de repos. »
« Bien, mon père. »

Je n'insistai pas.
La mort dans l'âme, je me tournai vers la nef centrale. Je constatai alors avec encore plus d'horreur que peu de places étaient encore libres. Au hasard, je m'assis là où je pus, tout de même assez près de l'autel si jamais on avait besoin de moi, sans pour autant prendre celles réservées au reste de la famille.    
Je tournai à la tête à droite puis à gauche, observant mes voisins de place avant de baisser les yeux.
A côté de moi, la petite tête blonde – la même que tout à l'heure - était assise, semblant déjà remuer avant même que le baptême ai commencé. La messe risquait d'être longue pour lui – et moi aussi.

« Hej. »
[bonjour]

Je ne connaissais que peu de choses de la langue danoise, cependant, durant mon court séjour, j'avais au moins appris à saluer une personne. Certes, mon accent était très mauvais, mais j'y mettais au moins la forme et tentais tant bien que mal de me montrer courtois envers les habitants de ce pays – contrée que je n'avais d'ailleurs pas encore vue en personne.

« Tu vas voir, c'est très beau. »

Je lui souris une nouvelle fois. J’espérais attirer son attention, en oubliant presque la barrière des langues.
Un son presque céleste s'éleva alors dans toute la chapelle. Les chants venaient de commencer.

Dans une heure, la Scandinavie et son roi seraient officiellement chrétiens.




     


_________________
Juxta crucem lacrimosa dum pendebat Filius. Cuius animam gementem, contristatam et dolentem, pertransivit gladius. O quam tristis et afflicta fuit illa benedicta Mater Unigeniti. Quæ mœrebat et dolebat, Pia Mater cum videbat Nati pœnas incliti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



THE KING IN THE NORTH
admin à la hache
Messages : 297
Date d'inscription : 13/12/2013
Localisation : I ♥ CPH

MessageSujet: Re: 970 : Le baptême d'un roi | PV : Danemark   Sam 25 Jan - 19:02

Le Danemark ne tenait jamais en place. C’était connu depuis des siècles. En cet instant présent, si un guerrier viking avait pu faire la comparaison, il dirait que le Danemark avait les vers au cul. C’était dégoutant mais tellement drôle en même temps. A y repenser, ce n’était pas comme si on le connaissait pour faire des blagues de ce genre. Mais dans le cas présent, il n’y avait plus qu’une explication au comportement du jeune danois :
 
»Knut ? Kan jeg gå tisse ?«
Knut, je peux aller faire pipi ?
 
L’enfant regardait le grand viking fièrement habillé de ses plus beaux vêtements pour l’occasion. Ses yeux trahissaient l’envie pressante dont il était en proie. Au regard réprobateur de l’homme, il eut d’abord crut que celui-ci refuserait, mais lorsque Søren exécuta le plan « faux yeux larmoyants », il le vit réprimer un soupir avant de lancer un « baaah, dépêche-toi dans ce cas », vaincu. Ni une ni deux, le jeune viking courut en direction de la sortie de ce que les étrangers venus du Sud appelaient une « église », satisfait du plan qui venait de réussir. Il voulait à tout prix échapper à cette journée qui prévoyait d’être ennuyeuse à mourir pour un petit garçon habitué à parcourir les océans et les forêts. Malheureusement pour lui, la supercherie n’avait pas durée très longtemps et quand il se heurta contre Harald en personne dans sa course, c’était avec la fessée qu’il retourna s’asseoir à sa place.
 
Retour au port de départ avec mal aux fesses en récompense. Il aurait dû y penser avant. Personne ne passait le mur « Harald Blåtand ». Personne. Même pas la Nation en elle-même. Et le jeune danois ronchonnait sur son banc. Il faisait froid, il n’avait pas envie d’être là, il ne savait pas ce que faisait Nor’. Le seul point positif, c’était que ses vêtements marquaient le haut rang qu’il occupait dans le Royaume. Au moins, il en était fier. Il soupira. La « cérémonie » n’avait pas encore commencé que déjà il s’ennuyait, ce qui n’était pas sans compter la présence du drôle d’homme en robe à côté de lui.
 
»Hej.«
Bonjour.
 
Il lança à peine un regard à ce drôle d’homme, trop occupé à bouder. Il lui répondit un vague »hej« sans même se soucier de savoir si le norrois était la langue natale de l’étranger. Ce n’était que de la pure politesse. Il avait eu du mal à l’assimiler mais les mots « magiques » étaient devenus monnaie courante en ces temps de d’enrichissement et Harald avait tout fait pour que lui et la Norvège ait un semblant d’éducation. Cela avait toujours été comme ça. Norge était toujours en avance et faisait toujours tout mieux que lui. Il lisait mieux les futhark, il avait les faveurs d’invasions en Irlande bien plus clémentes que lui en Bretagne. Et il avait même ramené d’un voyage une île qu’il avait appelé « Islande ». Søren aurait pu faire pareil. Mais l’île bretonne commençait à lui donner du fil à retordre et il avait quelque peu mis de côté les enseignements de bonne conduite. Tout cela relevait du domaine de l’aléatoire pour le Danemark.
 
Il observa de l’autre côté de l’autel, le norvégien qui venait de s’installer et s’étonna qu’il se soit pas à côté de lui, bouda un peu plus sans écouter l’homme qui lui parlait et on commença à chanter.
 

Une demi-heure et dix aller-retour debout-assis plus tard, il n’avait toujours pas compris ce qu’il faisait là. Il avait lancé des coups d’œil à toute la salle et mis à part le peu d’intérêt qu’il accordait à la cérémonie, tout le monde semblait arborer un sérieux exemplaire. Ceux qui n’était pas d’accord avec ceci, n’avait apparemment même pas daigné se rendre dans « l’église ». A vrai dire, si Søren avait eu le choix, il ne serait pas venu non plus. On avait eu beau lui expliquer qui était ce « Dieu » qui ressemblait fortement à Óðinn, et ce « Jésus » accroché à une immense rune de bois, comme une sorte de nauðr redressé, il n'arrivait toujours pas à assimiler le principe de cette religion. Ce qu’il ne comprenait pas non plus, c’était qu’il manquait quelque chose d’important. Quand ils allaient prier les dieux, ils avaient l’habitude de faire des sacrifices en leur honneur mais surtout pour leur apporter de la chance au combat. Dans l’église, pas d’animaux, pas d’humains. Ce n’était pas normal.
 
Il tira sur la manche de son voisin étranger de tout à l’heure, l’obligeant à arrêter ce en quoi il était occupé, visiblement perturbé de ce changement dans les rites religieux.
 
»Når vi ofrer fårene og slaver i din Kirke ?«
Quand est-ce qu’on sacrifie les moutons et les esclaves dans ton Eglise ?
 
Fit-il, inquiet. Il continua de scruter l’intérieur du bâtiment à la recherche d’un quelconque vestige lui rappelant la présence rassurante de Þórr ou de Freyja. Il n’y avait vraiment rien. Perturbé par ce bouleversement dans ses habitudes, il n’entendit pas le prêtre qui présidait la cérémonie l’appeler.
 
»Danmark ! Komme.«
Danemark ! Viens.
 
Le garçon sursauta à la voix puissante d’Harald. Un instant, il oublia ce à quoi il pensait, l'étranger qui n'avait pas eu le temps de lui répondre et s’empressa de rejoindre son Roi et le prêtre. Il ne savait pas ce qui allait se passer, cependant, tout ce qu’il espérait, c’était que ce ne soit pas quelque chose de trop douloureux.


Dernière édition par Danemark / Søren le Mer 30 Juil - 9:38, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



évangéliste compulsif
Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2013

MessageSujet: Re: 970 : Le baptême d'un roi | PV : Danemark   Ven 21 Fév - 16:02


Ain't nothing but a small talk.


C'est à peine si l'enfant avait daigner répondre. Certainement le peu de politesse qui devait être sienne ainsi que ses responsabilités mondaines l'avaient-elles poussé à me répondre. Quoiqu'il en soit, je n'avais sentis aucune sympathie dans sa réponse ou même un quelconque intérêt pour ma personne. Cela m'attristait presque. Pas que je fus vexé de ne pas attirer l'attention d'un enfant – quoique, mon orgueil venait de prendre un sacré coup – mais voir que la jeune génération semblait bien moins passionnée par la messe que l'était leur seigneur et mentor le roi, cela me désolait un tantinet. Enfin, certainement n'avait-il jamais assisté à une messe de sa vie et peut être rechignait-il à écouter le prêtre comme le faisait les élèves avec leur tuteur durant les premiers temps de leur instruction. Je ne doutais pas qu'ils puissent, après un temps d'adaptation, apprécier la beauté des chants latins et la transcendance de nos prières.
En tout cas, pour ma part, j'étais conquis. Le décor était loin d'être celui des contrées italiennes et même si le froid s'était invité dans la maison du seigneur, l'édifice de bois était assez chaleureux pour réchauffer mon cœur et mes entrailles. J'étais transporté par les différentes voix qui s'élevaient un peu partout dans l'église. Les divers accents qui s'entremêlaient formaient une sonorité tout à fait agréable à l'oreille. Puis, voir tant de ferveur chez un peuple qui à peine plus tôt était encore païen faisait monter en moi un sentiment particulier de satisfaction. Dieu ne devait pas être ravis de cette pensée égoïste que j'avais à l'instant – il me pardonnerait - cependant ce n'était pas pour lui et l'acquisition de ses nouveaux fidèles que j'étais si heureux, mais plutôt pour moi et l'expansion de mon pouvoir.
Un certaine mélancolie avait soudainement pris d'assaut mon cœur. Je repensais à mes jeunes années, aux fidèles venus de la ville qui venaient prier sur mes collines. Comme ils auraient été fiers de voir ce qu'à présent leur Église était devenue. Et ces romains qui nous avaient martyrisé devaient à présent bien se retourner dans leurs tombes. Tout cela ne faisait que nourrir mon orgueil qui, de jour en jour, semblait devenir toujours plus grand. Malgré mes efforts pour garder la tête froide, je ne pouvais rester de pierre quant à ma fulgurante entrée dans le monde.

Enfin, avec toute cette explosion de joie, je ne vis pas le temps passer. La messe touchait bientôt à sa fin quand quelque chose attira mon attention. Mon voisin de place, qui jusque là avait à peu près réussis à rester calme, tirait sur ma manche, ses petits yeux remplis de questions.

« Når vi ofrer fårene og slaver i din Kirke ? »

Je haussais un sourcil, incapable de comprendre ce qu'il venait de me dire. Cette langue, comparée au latin, sonnait à mon oreille comme un vaste charabia barbare. Je me tournais de tout côté, tentant de reconnaître une figure familière qui pourrait me venir en aide, en vain.
C'est certainement en voyant ma détresse qu'un homme à la barbe plus que fournie et à l'odeur plutôt nauséabonde m'accorda son aide. Il se pencha vers moi -du moins autant que sa bedaine pu lui permettre – et laissa siffler son rire entre ses dents.

« Il te demande quand est-ce-qu'on sacrifie les bêtes et les Hommes. »

Cette phrase plus que terrifiante et son accent barbare écorchant les mots latins me fit frissonner. Je me tournai rapidement vers le garçon, les yeux écarquillés, faisant un rapide signe de croix.

« Mon-Dieu-Seigneur-Marie-Jésus-et-Joseph »

Je prenais une grande inspiration tout en regardant la petite créature qui soudainement ne me paraissait plus aussi innocente qu'avant.

« Mais cet enfant est le diable... » murmurais-je

Face à ma réaction, j'entendais le vieux danois rire de plus belle derrière moi. Il faut croire que ce genre de diablerie le faisait rire. Ce n'était pas mon cas. J'étais tout à fait...Traumatisé. Comme un être si pure pouvait avoir de si sombres pensées ? Comment un enfant pouvait attendre que le sang d'être vivant soit versé pour satisfaire un quelconque Dieu ? De nouveaux, mes souvenirs me ramenaient des années en arrière, quand les romains sacrifiaient encore des bœufs pour leurs divinités. Quelle horreur.

Une grosse voix résonna soudainement dans la sale. Harald venait d’appeler son pays à lui, du peu que j'avais pu comprendre. Je délaissais alors histoire de quelques secondes l'affaire du petit possédé avant de tourner la tête vers l'autel. J'avais hâte de voir quel homme rejoindrait le roi, avec quel prestance il se lèverait pour rejoindre la grâce du Seigneur. Mes espoirs n'étaient pas encore tout à fait éteints pour cette contrée. Du moins, pas encore.
Je sentis du mouvement à mes côtés mais n'y fit pas attention. Le petit devait encore gigoter pour faire passer le temps, rien de plus. De toute façon, je n'avais pas vraiment envie de reposer mes yeux sur lui, de peur de voir en sa personne l'Enfer.

C'est alors que, d'un pas léger, je le vis rejoindre le souverain. La situation ne semblait qu'empirer.
Le petit sauvageon qui s'était jusque là comporté comme un véritable animal était en réalité le pays que je visitais ? Je n'en croyais pas mes yeux. Par tous les saints, si j'avais su ! Si seulement j'avais su ! Je ne savais vraiment dire si j'étais déçu, surpris, dégouté ou même les trois en même temps. J'avais annexé aux peuples des croyant cet étrange chose, ce Lucifer sur pattes ! Je fus presque surpris qu'il ne prenne pas feu quant le prêtre lui donna l’Ostie. Enfin, après l'absolution qu'il avait reçu par l'intermédiaire de l’évêque, il ne devait plus risquer grand chose, même en tant que sbire du malin.


- - -

Les derniers chants avaient pris fin. Je pouvais à présent contempler ma réussite. Le roi était devenu chrétien, tout comme son peuple et...Son pays. Oui, le petit était à présent purifié, ce qui n'était pas une mauvaise chose étant donné le venin qu'il semblait être capable de cracher.
Sans vraiment savoir ce qui m'attendait, je décidais de me lever et de quitter le confort du banc de bois pour rejoindre sa seigneurie ainsi que son domaine. En tant que pays invité, je me devais de féliciter mes ôtes, même si aller à la rencontre de l'un des deux m’effrayait quelque peu.
D'un pas hésitant, je m'approchais donc du parvis de l’église où le roi et sa compagnie avaient fini par migrer. Avec difficulté, je traversais la foule de géants pour arriver jusqu'au Seigneur. Son visage, éclairé d'un sourire, semblait répondre à ceux qui l'entouraient.

« Mon seigneur. Je voulais vous féliciter. »

A côté de moi s'avançait notre interprète.

« Præsten vil gerne lykønske dig, Herre Harald.  »
[ce prêtre voulais vous féliciter, seigneur harald]

Je croisais les mains avant de me tourner vers le jeune pays. Devais-je vraiment m'incliner devant lui ? C'est ce que le protocole semblait demander.

« Ainsi que votre pays lui-même. »

Je m'inclinais respectueusement devant ces deux êtres. Le traducteur s'empressa de répéter mes mots dans cette langue à laquelle je ne m'habituais définitivement pas.

« J'espère que vous ferez honneur à nos préceptes, bien que je n'en doute pas, et que vous serez le fidèle messager de la parole de notre sauveur Jésus Christ en ces terres. »

Je me redressais ensuite, souriant -du moins essayant de l'être.



     


_________________
Juxta crucem lacrimosa dum pendebat Filius. Cuius animam gementem, contristatam et dolentem, pertransivit gladius. O quam tristis et afflicta fuit illa benedicta Mater Unigeniti. Quæ mœrebat et dolebat, Pia Mater cum videbat Nati pœnas incliti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



THE KING IN THE NORTH
admin à la hache
Messages : 297
Date d'inscription : 13/12/2013
Localisation : I ♥ CPH

MessageSujet: Re: 970 : Le baptême d'un roi | PV : Danemark   Lun 10 Mar - 15:24

Il avait rejoint Haral à l’autel d’un pas pressant, laissant le prêtre visiblement choqué de ce qu’il lui avait demandé et Totsi (qui parlait un peu le latin) au premier rang. Pourquoi l’étranger avait-il fait cette affreuse tête ? Ils ne sacrifiaient rien dans leur Eglise ? Quelle était donc cette religion barbare qui n’autorisait même pas les offrandes humaines à son Dieu. Ils n’avaient qu’un Être Suprême, cela ne devrait pas leur couter trop cher. Peut-être un bœuf et deux esclaves simplement.
 
Perplexe, Danemark reporta son attention sur le prêtre qui récitait des chants dans une langue qui lui était totalement inconnue et qui sonnait dure à l’oreille. Une langue de barbare pour le jeune danois qui ne cessait de chercher un regard bienveillant parmi l’assemblée. Il n’y vit que Norvège, mais son regard n’était pas comme on aurait dit « bienveillant ». Il traduisait plutôt son envie pressante d’être libéré de cette cérémonie ennuyeuse pour sans doute aller jouer dans la nature avec son troll. Pour une fois, Søren était plus que d’accord avec les pensées norvégiennes.
 

Ils s’étaient fait baptiser, le Danemark et la Norvège, chacun leur tour. Contrairement à ce qu’il avait pu imaginer, leur rite d’initiation n’était pas douloureux, à sa grande perplexitude.  Comment une religion aussi barbare, qui ne pratiquait pas le sacrifice humain ni des rites de passages dangereux pouvait exister et avoir séduit Harald. C’était absolument déroutant, bizarre et terriblement étonnant de la part de son Roi. Le petit danois s’était même demandé s’il n’avait pas ingurgité une myrtille pourrie quand il a accepté d’abandonner leurs dieux. Bien que fraichement entré dans la religion catholique, le pays qui s’appelle le « Vatican » ou Vatikanstaten n’avait pas encore réussi à convaincre la plupart des danois et norvégiens qui constituaient le royaume d’Harald. Tant que ceci n’était pas fait, Søren n’était pas prêt d’oublier Oðin. Norge non plus.
 
La cérémonie se termina par une dernière prière que la jeune nation ignora. Elle avait commencé au petit matin et la faim se faisait déjà sentir dans l’estomac du danois. Le seul avantage qu’il avait trouvé à ce culte, c’était qu’à la fin, il donnait à manger. Même si c’était le « corps de leur Seigneur Jésus Christ », Danemark ne rechignait pas à en recevoir un bout, rassuré qu’il pratiquait bien le sacrifice humain comme les vikings le faisaient. Ca n’avait pas de gout mais ça occupait l’estomac.
 
Lorsque tout le monde se leva, le jeune danois courut à la recherche d’autres bouts de Jésus qui pourrait caler son antre stomacal. Fort heureusement, il n’eut pas à chercher bien loin et lorsqu’il trouva les hosties. Pleins d’hosties. Dans un bol. Rien ne put empêcher le gamin de plonger sa main dedans, de touiller les pains sans levain avant d’en extirper un et de l’enfourner dans sa bouche. Puis il se leva et rejoignit Harald déjà en conversation avec le prête qui l’avait regardé comme s’il était Loki.
 
»Præsten vil gerne lykønske dig, Herre Harald.« traduisait Totsi. »Og dit land selv.«
 
Il n’écouta pas le reste et mangea un autre morceau de Jésus. La grande main d’Harald vînt se poser sur le haut de son crâne. Main qu’il retira aussitôt d’un air boudeur.
 
»Jeg er ikke et barn længere.«
Je ne suis plus un gamin.
 
Puis il replongea sa main dans les hosties, en mangea quatre d’un coup tout en regardant le prêtre droit dans les yeux. Celui-ci le fixait bizarrement et Søren se demanda si ce n’était pas parce que lui aussi, avait faim. Il regarda l’étranger, puis les hosties… l’étranger… les hosties… l’étranger… les hosties. Il prit finalement un des pains plats et le tendit à l’homme en souriant :
 
»Du vil have et stykke af Jesus ?«
Tu veux un morceau de Jésus ?


Dernière édition par Danemark / Søren le Mer 30 Juil - 9:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



évangéliste compulsif
Messages : 53
Date d'inscription : 14/12/2013

MessageSujet: Re: 970 : Le baptême d'un roi | PV : Danemark   Mer 2 Avr - 11:33


Ain't nothing but a small talk.


Le gosse ne semblait pas manquer de caquet vu la sécheresse avec laquelle il avait répondu à son roi. Mon dieu, dans cette nouvelle génération de pays, la politesse se perdait de plus en plus, ça et le respect. Enfin, l'autre enfant-pays qui accompagnait la petite teigne semblait bien plus cale – et aussi résigné. Il y en avait au moins un sur deux qui était potable socialement parlant.

« Du vil have et stykke af Jesus ? »

Je ne compris pas tout de suite ce qu'il me voulait. Le gigantesque autochtone qui nous servait de traducteur ne prit pas même la peine de me dire ce que ce charabia signifiait, trop occupé à rire. Qu'y avait-i de drôle dans tout cela ? Je le compris seulement en baissant la tête.

Quelle genre de mauvaise blague était ceci ?

Entre ses petites mains, le blondinet tenait tout un tas d'hosties qu'il avait certainement commencé à dévorer allégrement. Et il...M'en proposait ? Mes yeux devaient certainement être aussi ronds que les morceaux de pain. En voilà, un attentat à l’Église et à la foi chrétienne. Blasphème ! Hérésie ! Diantre, quelle insulte.

« Seigneur ! »

Voilà que moi aussi je blasphémais en invoquant le nom du seigneur à tout bout de chant. Mais ma surprise était telle que je ne pouvais faire autrement que d'implorer l'aide de Dieu.

« Ne touche pas à ça ! »

J'arrachais vivement des mains de ce petit être la nourriture sacrée. Elle serait bien plus à l'abri entre mes paumes.

« Mais à quoi pensais-tu petite id...iot. »

Je m'étais petit à petit tus, sentant posé sur moi un regard désapprobateur.
Mes yeux s'étaient alors posés sur l’impressionnante stature royale. Je le voyais froncer les sourcils, certainement mécontent du traitement que j'infligeais à sa contrée. Sapristi. Il avait fallut tant de temps pour qu'un nordique se tourne vers la foie de mon peuple, trop pour que je ruine cette toute nouvelle alliance par de simple insultes.

« Enfin...Je veux dire...Ce n'est pas bien de faire ça, mon garçon. Jésus ne serait pas content de voir ça. »

J'avais pris la voix la plus mielleuse possible -mais aussi la plus niaise – pour adoucir mes propos de tout à l'heure. De ma main libre, je tapotais gentiment la tête du petit viking en espérant qu'il ne la morde pas. En tout cas, cela sembla radoucir Harald qui déjà tournait les talons. J'en profitais pour briser ce masque de douceur qui s'était imprimé sur mon visage, lançant un regard inquisiteur à la petite peste.

« du ikke røre det. »
[Toi ne pas toucher ça.]

Avais-je balbutié dans mon meilleurs danois. Si cette petite peste venait tout gâcher, il pouvait être sûr que mon courroux serait grand.
Rapidement, je retournais déposer les hosties dans la coupe sacrée que je rangeais à son tour dans l'autel. Au moins, il ne serait pas assez grand pour atteindre cette alcôve. Puis, je soupirais un grand coup, profitant de l'absence de témoins dans l'église présentement vide.
Jésus, est-ce que cette alliance était vraiment une bonne idée ? Je commençais à me le demander. Enfin, remarque, il ne faudrait pas beaucoup de temps pour dompter ce pays, j'en étais convaincu. Même les plus grands finissaient par plier sous le pied de Dieu.

« Octavius, nous vous attendons pour la fête ! »

Un des prêtres me faisait de grands signes, debout sous le tympan. Le vin d'honneur, je l'avais presque oublié. Idiot que j'étais. Je filais donc rejoindre une nouvelle fois l'extérieur avant de me joindre à la foule qui, doucement, s’engouffra dans une grande demeure de bois.

L'endroit puait l'alcool et la graisse brûlée. Des peaux étaient étendues un peu partout et un véritable festin était posé sur les gigantesques tables. Même si le décor ne m’enchantait pas vraiment, nous eûmes néanmoins l'honneur de nous assoir à la table du Seigneur de ces contrées. Nous faisions d’ailleurs bien pâle figure face à ces géants. L'espace d'un instant, j'eus même l'impression de diner avec les descendants des Nephilims.

Cependant, mon bonheur fut de courte durée quand je le vis s'assoir à notre table. Le démon blond était revenu. Je craignais le pire pour le reste de la soirée.

« Spise! »
[mangez !]

La grosse voix résonna dans toutes la salle et, sans plus attendre, hommes comme femmes se mirent à dévorer a nourriture qui leur avait été présentement offerte. J'attrapais avec moins d'empressement quelques morceaux de viandes, mangeant en silence comme la coutume le voulait.
Mais mes yeux ne quittaient pas un seul instant le jeune pays. Je guettais avec crainte le moment où il ouvrirait sa bouche, où l'un de ses gestes trahiraient ses obscurs desseins.

« Prêtre, vous boirez bien un peu de vin ? »

Je levais la tête. Du vin ? A part une gorgée durant la messe, cette boisson nous était interdite. Je souris tout de même à mon interlocuteur, lui faisant signe que non.



   


_________________
Juxta crucem lacrimosa dum pendebat Filius. Cuius animam gementem, contristatam et dolentem, pertransivit gladius. O quam tristis et afflicta fuit illa benedicta Mater Unigeniti. Quæ mœrebat et dolebat, Pia Mater cum videbat Nati pœnas incliti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



THE KING IN THE NORTH
admin à la hache
Messages : 297
Date d'inscription : 13/12/2013
Localisation : I ♥ CPH

MessageSujet: Re: 970 : Le baptême d'un roi | PV : Danemark   Jeu 5 Juin - 13:19

Il avait eu un sourire fier quand Totsi avait littéralement hurlé de rire dans l'église qui se vidait. Son rire résonna si fort qu'il avait attiré l'attention de tous les danois et normands encore présents dans le « Sanctuaire de Dieu » ou il ne savait quoi. Autant dire que Søren était fier de lui au point d'en jeter quelques coups d'œil vers la Norvège en pensant « t'as vu Nor', moi au moins je sais faire rire les Hommes ». Le norvégien qui ne répondit même pas à son petit coup de fierté et que les hosties s'en allaient dans les bras du prêtre.

»Men...«
Mais...

Il ne comprenait pas ce qu'il avait fait de mal et son sourire fier se transforma bientôt en une moue boudeuse. Il fixait le prêtre bizarre d'un regard suspicieux. Pire encore qu'il parlait une langue qui lui était inconnue et que Totsi était tout à fait incapable d'aligner ne serait-ce que trois mots pour faire le relais tellement il riait. Heureusement, il se calma au fil des secondes et put traduire les prochaines phrases accompagnées d'un tapotement de tête que Søren n'apprécia pas, s'empressant de s'ébouriffer les cheveux dans tous les sens pour les remettre en ordre alors qu'Harald s'en allait retrouver la tribu pour manger.

Moment qu'avait attendu le fourbe de Catholique pour le réprimander, en danois cette fois.

»Du ikke røre det.«
Toi ne pas toucher ça.

Inutile de décrire tout le boudage que le petit danois était en train d'exprimer, fixant droit dans les yeux le prêtre avant d'une nouvelle fois lorgner sur les hosties qui s'éloignaient déjà loin, très loin de lui. C'est ce moment qu'avait choisi la Norvège pour le choper par le col en quatrième vitesse. Il était déjà assez en retard comme ça et lorsque celui-ci le lâcha une fois fesses posées sur la chaise dans la tente où ils allaient manger, il ne manqua pas de le lui dire.

Double boudage.

D'autant plus que cette nation bizarre s'asseyait juste à côté de lui, l'air horrifié du spectacle qu'avait engendré l'appel d'Harald à manger.

Il entama le repas de la même manière que les autres : avec les mains et sans faire attention aux "arts de la table" qu'on pouvait bien avoir dans les contrées plus au Sud. Oubliant pour le moment la Norvège et le trucmuche vaticanesque, il mordit dans tout ce qui pouvait être à porté de main : poulet, pomme de terre, fruits secs, et lorsqu'il vit derrière lui la cruche pleine de vin, il attrapa son verre et le tandis à l'homme, sans prendre le temps de vider sa bouche :

»Migch ! Migch«
Moi ! Moi !

L'homme hésita quelques secondes avant de finalement le servir comme s'il était un homme un vrai. Søren n'avait pourtant pas passé son initiation à proprement parlé pour son passage à l'âge adulte et vu la taille et l'âge humain qu'il paraissait, il n'était pas encore là de la faire. Cependant, il avait pris l'habitude de faire comme son peuple et la boisson était ce qu'il y avait de plus normal lorsqu'on était un jeune viking, d'autant plus que le garçon avait ce qu'on appelle chez nous "une bonne descente".

Au point que tout coule à moitié à côté, sur ses joues et dans son cou dans la précipitation.

Norge ne retint d'ailleurs pas une petite tape à l'arrière du crâne jutlandais devant ce spectacle affligeant. Le danois n'avait d'ailleurs jamais compris pourquoi Nor' était si "délicat" dans son mode de vie et à vrai dire, il devrait bien s'entendre avec l'homme venu du Sud. Pas comme le Danemark qui se retint à peine de lâcher un rot sous les "SKÅLL" des gens de son peuple qui lui rendirent aussitôt.

Le petit danois riait à sa propre bêtise qui lui valu une autre tape du norvégien à qui il lança un regard réprimandeur avant de retourner à son plat. Harald non plus n'était pas vraiment content du comportement du Danemark et il n'hésita pas à le gronder une nouvelle fois, comme dans l'Eglise lorsqu'il voulut y échapper.

C'était bien sur sans compter les yeux insistants du Vatican fixés sur lui.

»Hvad...«
Quoi...

Demanda-t-il d'un air boudeur, sachant pertinemment qu'il allait se faire à nouveau houspiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 970 : Le baptême d'un roi | PV : Danemark   

Revenir en haut Aller en bas
 

970 : Le baptême d'un roi | PV : Danemark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Baptême de Thequeen1
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Baptêmes de RoseMontagu, DavidGradir, Talban de la Cauve.
» 4 baptêmes [ PsD, PdP, PR, CdA, NN, Rosy, NdS ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HETALIA: AXIS POWERS :: Europe de l'Ouest-