AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





octobre
#07/10 : Fermeture du forum. Plus d'infos.
août
#25/08 : Ludwig passe admin ! N'hésitez pas à le contacter au moindre problème.
juillet
#27/07 : Refonte totale et prochaine du forum !
mars
#30/03 : Nouveau design, nouvelle màj, tous les prédéfinis disponibles. La conqête de l'espace commence ici ! Donnez vos impressions de la nouvelle robe du forum ici !
février
#19/02 : Des nouveautés, on l'espère bientôt !
décembre
#24/12 : Un très joyeux réveillon et une bonne année en avance à tous !
#18/12 : Merci de voter pour les top-sites ! Ils servent à faire connaître le forum !
#16/12 : FORUM OUVERT !
#16/12 : Les partenariats sont ouverts !
#16/12 : C'est bientôt terminé ! Plus que trois bricoles à faire !
#13/12 : Création du forum ! On y croit.






Partagez | .
 

 2008 : Le dernier procès ? [PV Pays Bas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Einigkeit und Recht und Freiheit
Messages : 61
Date d'inscription : 18/06/2014

MessageSujet: 2008 : Le dernier procès ? [PV Pays Bas]   Mar 2 Sep - 11:41

Le dernier procès ?


10 janvier 2008

Il aurait finalement fallu soixante-quinze ans pour clore cette affaire de l'Incendie du Reichstag aux conséquences si funestes, et Ludwig n'était pas mécontent que tout ceci fût fini. Enfin fini. Après cinq procès aux décisions toutes plus différentes les unes que les autres, après autant de déchirements et de souvenirs remués et remontés à la surface alors que la décence aurait certainement voulu que tout ceci pût enfin reposer en paix …

Pour une raison toujours vague, le tribunal de Berlin avait décidé, le 21 avril 1967, de commuter la peine de mort de Marinus van der Lubbe en une simple condamnation à huit ans de prison pour ''tentative d'incendie avec effraction'', cassant ainsi le jugement du Reichsgericht de Leipzig dans une décision toute symbolique. Comme pour rappeler que les faits n'étaient toujours pas prouvés et que la première décision avait avant tout eu une motivation politique et idéologique. Puis de cette commutation de peine, il y avait eu l'acquittement pur et simple de Lubbe en 1980, cassé l'année d'après en cour d'appel. Ou comment mouliner. Ou comment hésiter.

Mais aujourd'hui, en ce 10 janvier 2008, les événements semblaient enfin s'être stoppés ! Le procureur fédéral allemand venait en effet tout juste de se prononcer, et sa décision était plus que claire : la condamnation à mort de 1933 venait d'être jugée illégale au motif que le verdict avait des motifs politiques et reposait sur des ''prescriptions injustes spécifiquement national-socialistes''. Merci à cette loi de 1998 permettant d'annuler les jugements iniques de la période nazie entre 1933 et 1945, et merci à l'avocat Reinhard Hillebrand  qui avait demandé lui-même la tenue de ce nouveau procès. Peut-être qu'ainsi, cette affaire serait définitivement close désormais. Qu'elle serait close et que toutes les personnes concernées pourraient enfin avancer.

Peut-être …

Parce que malgré tout, Ludwig ne pouvait s'empêcher d'en douter : après tout, le procureur fédéral venait de statuer en droit et non en fait. Annulant la condamnation de Leipzig pour son côté inique mais sans jamais se pencher sur la question de la culpabilité ou l'innocence de Marinus van der Lubbe, de toutes manières impossible à prouver dans un sens ou dans un autre vu le contexte de l'époque et les soixante-quinze années qui s'étaient écoulées depuis. Sans doute ne saurait-on jamais la vérité à ce sujet, et c'était justement cela qui l'inquiétait. Jusqu'à présent, les tenues des procès n'avaient jamais été réclamées par Wilhelm, mais celui-ci le ferait-il un jour ? Difficile à dire, et c'était justement pour cette raison que le blond attendait son invité tandis qu'il relisait certains rapports datant de 1933. Presque pressé que le néerlandais passât enfin la porte de son bureau de Berlin afin que tous deux pussent en parler plus avant.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



De Koning neemt terug de Kroon.
Messages : 11
Date d'inscription : 18/07/2014

MessageSujet: Re: 2008 : Le dernier procès ? [PV Pays Bas]   Sam 13 Sep - 16:58




Il parcourait une dernière fois du regard le dossier qu'il avait lui-même constitué. Le dossier concernant Marinus van der Lubbe. Cette fois-ci, il n'avait pas fait appel à ses pourtant nombreuses et compétentes secrétaires. Cette fois-ci, il avait voulu tout faire de ses propres mains. Être sûr de la justesse de ses informations, vérifier de ses propres yeux l'exactitude des faits. C'était là, d'habitude, un sujet de conversation qu'il préférait éviter. Wilhelm savait se montrer très virulent concernant l'incendiaire, trop peut-être. La nuit du 27 février 1933, van der Lubbe se serait introduit dans le Reichstag pour y mettre le feu, puis se laisse arrêter sans résistance aucune et passe aux aveux...

Le Néerlandais fut interrompu dans sa lecture par son chauffeur. Il était arrivé au centre-ville de Berlin. Alors qu'il sortait du taxi l'ayant conduit jusqu'aux bureaux où l'attendait le représentant de l'Allemagne, Wilhelm s'empressa d'allumer une cigarette, le malheureux n'avait rien fumé depuis qu'il avait mis les pieds dans l'aéroport d'Amsterdam, le matin même. Il resserra son écharpe autour de sa gorge et laissa échapper un soupire, les volutes de fumée de sa cigarette se mêlant à celles qui s'échappaient d'entre ses lèvres. Si aujourd'hui était le jour où la condamnation à mort de van der Lubbe avait été jugée illégale, c'était également le jour qu'il avait choisi pour demander ses comptes à l'Allemand et ce peu importe la réaction qu'aurait ce dernier.

Alors, finalement, il se décida à entrer dans l'imposant bâtiment. Il ne peina pas à trouver la salle où il devait se rendre et y pénétra sans se faire annoncer, sans même toquer à la porte.

« Bonjour. »

C'était une salutation qui n'avait rien d'avenante, Wilhelm voulait donner tout de suite le ton. Il n'avait pris la peine d'ôter ni son blouson ni son écharpe, il s'était juste installé en face d'Allemagne, comme s'il attendait quelque chose de lui.

« Épargnons-nous les formalités, Ludwig, je n'ai pas envie de perdre du temps en bavassant. Du travail m'attend à Amsterdam. Comme tu dois t'en douter, j'ai été rapidement informé de ce qu'il s'est passé ici, aujourd'hui. L'initiative de cet avocat me touche, bien entendu, mais si je puis me permettre, ce n'est pas assez. Bien entendu, je n'ai pas fait le déplacement pour te blâmer, Ludwig... »

Le Néerlandais marqua une pause pour presser son hôte d'un regard lourd, presque mauvais. Bien sûr qu'il était venu pour le blâmer, bien sûr qu'il était venu l'assaillir sous le poids de ses erreurs passées. Wilhelm balaya le bureau bien rangé des yeux. Pas de cendrier, sa cigarette était presque entièrement consumée. Il fronça les sourcils.

« Enfin, je suis venu récupérer quelques documents, des rapports pour être exact, qui ont été rédigés dans les années trente, 1933, peut-être, décembre 1933 ? Tu dois être mieux renseigné que je ne le suis. »

Cette dernière affirmation sonnait comme un reproche. En ce jour de janvier 2008, l'affaire Marinus van der Lubbe était, aux yeux de Wilhelm, un serpent de mer surgissant des abysses de l'Histoire. Un archaïque reptile dont il était temps de se débarrasser, proprement et justement. Car si, en effet, l'affaire était réglée officiellement, sur le plan moral, il restait encore bien des points à arranger.

« Je présume que tu ne verras pas d'objection à ce que je récupère ce qui me renvient de droit.. N'est-ce pas ? »

Il croisa les bras, impatient. Il les aura, les preuves de l'innocence de van der Lubbe.



_________________

« Guillaume du Rhin

je suis, à la patrie fidèle

je reste jusque dans la mort.

Un Prince d'Orange

je suis, franc et courageux.

Que les Espagnols te meurtrissent,

ô loyal et doux Pays-Bas,

lorsque j'y pense,

mon noble cœur en saigne. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Einigkeit und Recht und Freiheit
Messages : 61
Date d'inscription : 18/06/2014

MessageSujet: Re: 2008 : Le dernier procès ? [PV Pays Bas]   Mer 17 Sep - 12:56

Le dernier procès ?


Ludwig était en train de compulser une énième thèse sur le sujet Van der Lubbe lorsque la porte de son bureau s'ouvrit brusquement, son invité ayant apparemment jugé futile de toquer ou alors de se faire annoncer. Tout comme il avait apparemment jugé futile d'éteindre sa cigarette avant d'entrer ici, mais le blond préféra toutefois ne pas lui rappeler que depuis plusieurs mois déjà, son pays avait adopté une législation beaucoup plus stricte sur le tabac, interdisant ainsi de fumer dans divers lieux publics ou de transport. C'était un petit détail qui l'irritait certes, mais la raison de la présence de Wilhelm était infiniment plus grave qu'une simple cigarette, aussi mieux valait-il passer sur l'incident sans même le relever.

« Bonjour. Je t'en prie, assieds-toi. »

Une invitation à peine prononcée que son vis-à-vis venait déjà de coller son derrière dans une chaise, le tout en attaquant sans perdre un seul instant ! Il n'était pas venu pour le blâmer ? Dans ce cas, il fallait croire que le mot ne connaissait pas une traduction et une définition similaires en allemand et en néerlandais, parce que son interlocuteur était bel et bien déjà en train de l'accuser à demi-mots tandis que Ludiwg venait de sortir un cendrier de son tiroir pour qu'il pût y écraser sa cigarette consumée. L'affaire était importante que sa maniaquerie ne l'abandonnait pas pour autant, et il n'y avait rien de plus qu'il détestait que de la cendre traînant à droite ou à gauche. Ou alors l'odeur de clope froide aussi, mais il réglerait ce soucis plus tard en ouvrant les fenêtres en grand. Peu importait de toutes façons …

« Je peux te fournir des copies de tous les rapports de police ainsi que de toutes les conclusions du Reichsgericht, mais je ne peux pas te donner les originaux. »

Quand bien même le procès était litigieux, il n'en demeurait pas moins que Allemagne estimait ne pas avoir à donner ses propres documents officiels, surtout que ceux-ci avaient déjà été largement compulsé et confisqué après la défaite de 1945. Hors de question donc de revivre pareil affront le confinant à n'être qu'un irresponsable nécessitant que l'on gérât ses affaires à sa place.

« Je suppose que tu veux ces rapports afin de faire prouver l'innocence de Marinus van der Lubbe ? Tu n'es toutefois pas sans savoir qu'il a effectivement été arrêté dans le Reichstag même, plus précisément dans le Salle Bismarck. ''Torse nu, ruisselant de sueur, l'air égaré, avec un regard halluciné'' d'après les mots-mêmes retranscrits dans le rapport de police de ce soir-là. »

Une phrase du rapport qu'il venait d'ailleurs de citer mots pour mots puisqu'il venait de l'attirer à lui afin d'avoir la phrase sous les yeux et de la rapporter le plus fidèlement possible. D'autant plus que la présence et la responsabilité de Van der Lubbe n'avaient jamais été remises en cause depuis  soixante-quinze ans, et ce même si sa responsabilité morale et psychologique était au contraire au centre-même de tous les débats. Dimitrov lui-même avait jeté le pire des doutes pendant ce procès inique de 1933 et depuis tous les spécialistes – de Fritz Tobias jusqu'à jean Le Bitoux – y avaient été de leurs analyses et de leurs conclusions. Qui n'allaient certes pas toutes dans le même sens mais qui étaient pourtant toutes d'accord sur certains points : le coupable moral de cette histoire n'était pas celui qui en avait fait les frais ! Il aurait fallu être un fieffé hypocrite pour ne pas le reconnaître, mais cela ne valait malheureusement ni indices ni preuves irréfutables … .

« Nous savons tous que cette histoire n'est pas claire mais soixante-quinze ans plus tard, il ne reste pas le moindre indice exploitable qui nous permettrait d'affirmer clairement la vérité. Sans compter le fait que les théories s'accumulant ne sont pas non plus là pour nous aider. »

Pas qu'il souhaitât de se décharger de sa responsabilité qu'il assumait au contraire, mais plutôt Ludiwg ne souhaitait-il pas qu'un nouveau procès de sorcellerie fût ouvert, parce qu'il ne pourrait que déterrer de vieilles histoires sans faire avancer l'Histoire justement.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 2008 : Le dernier procès ? [PV Pays Bas]   

Revenir en haut Aller en bas
 

2008 : Le dernier procès ? [PV Pays Bas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le dernier procès.
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HETALIA: AXIS POWERS :: Europe de l'Ouest-